34 rue Beaumont - 06300 Nice - 04 93 89 69 60

L’histoire de « La Roustide »

Mais qu’est ce que la Roustide ?

Ambiance chaleureuse portée par les matériaux nobles utilisés pour la déco (bois et pierre), lumières tamisées le soir pour des dîners qui se prolongent et cuisine délicate qui éveille les sens…
Si vous êtes amateur de truffe, ne passez surtout pas à côté du Menu dégustation totalement dédié à « l’or noir », c’est la spécialité de la maison. La truffe y est admirablement mise en scène dans des compositions maîtrisées.
Et parce que le terroir local a tant à partager, la carte fait la part belle aux produits du cru en particulier et français en général…

L’histoire de la Roustide

L’histoire de la Roustide n’est pas une grande histoire mais plutôt une histoire de coeur, de famille, de souvenirs.

“J’ai une dizaine d’année, c’est enfin les vacances de Noël!
On part avec mon papa et mon frère voir Pépé Léon et Mémé Marie qui vivent à Barjols dans le Var.

Je suis impatiente de retrouver la campagne et les grands parents.
Après deux heures de route, à écouter les tubes de F. Cabrel, G. Brassens ou J.J Goldman, après avoir harcelé mon père avec mes « Papa, on arrive quand ? Papa on est bientôt arrivé ??? » , je vois les rangées d’oliviers défiler à travers la vitre. Ca sent la bonne odeur de la campagne, celle des feux de cheminées.
J’aperçois  enfin le “Cabanon” et Mémé nous attend devant la porte.

 
Après la joie de se retrouver, les câlins et les embrassades, Pépé n’a guère de temps à perdre, on est en pleine récolte des olives. Alors tout le monde met la main à la pâte.
Les grands gaulent les olives avec entrain. Moi, j’apporte mon aide de petite fille. Les mains gelées, mais bien emmitouflée dans ma doudoune, je ramasse celles qui ont bondi hors des filets.
Quel bonheur de partager ce moment tous ensemble !

Puis vient le moment tant attendu promis par mon père. On va au moulin pour transformer la récolte en huile.
Il fait chaud, tout le monde parle fort et les hommes déchargent les grands sacs gorgées d’olives. Quelle ambiance !!!
En récompense de ce dur labeur, la tradition veut que l’on déguste la “Roustide”.

Chacun prend une tartine de pain grillé au bon feu de bois, la frotte d’ail et va l’arroser de l’huile chaude issue de la première pression. Pépé, lui, aime y ajouter des olives noires.
C’est donc ça, la Roustide, si simple et si bonne…

Chacun prétend posséder la “vraie recette”, avec anchois, andouillette, cébettes…
Mais moi, je suis sûre que celle de Pépé Léon, c’est la meilleure!”
Ces souvenirs restent encrés en moi et j’ai envie de partager avec vous cet héritage.
J’espère que la Roustide servie à l’apéritif vous plaira autant qu’à moi.

Sandrine

Mon père et mon frère préparent la première Roustide du restaurant, le jour de l’ouverture!